Philippe Gravier photo.JPG

Philippe Gravier

Adelaide, South Australia

Né à Lyon, Philippe Gravier emménage à Paris en 1983 afin de poursuivre durant deux années des études de commerce international. Il acquiert une première expérience en 1985, en travaillant bénévolement pendant un an dans la société familiale spécialisée dans l’exportation de matériel ferroviaire vers l’Afrique francophone, avant d’être embauché, en 1986, par la société INFACO, leader mondial du sécateur électrique, où il est responsable d’établir un réseau de ventes au niveau mondial (France, Allemagne, Suisse, Hongrie, Angleterre, Grèce, États-Unis, Australie). C’est d’ailleurs dans le cadre de cet emploi que Philippe effectue un séjour de cinq mois en Australie et en Nouvelle-Zélande et où il y fait la rencontre de Susan, qu’il épouse à Adélaïde en 1990, et avec qui il aura trois enfants en moins de quatre années. 


Les résidences successives du couple sont à l’image de leur double nationalité : il s’agit d’un partenariat solide entre la France et l’Australie qui les emmène de prime abord à venir s’installer sur les terres natales de Philippe, à Lyon, où celui-ci travaille pour la société CLASQUIN, spécialisée dans le transport international. S’ensuit un intermède de quatre années en Chine, à Hong Kong, où Philippe commence une longue carrière dans le fret, avant que le couple ne décide de repartir vivre quelque temps en Australie, à Melbourne. Un retour concerté à Lyon donne à Philippe l’audace de créer le premier bureau de la société de fret maritime Röhlig, bientôt suivi, en 2000, par celui de Toulouse. La carrière au long cours de Philippe dans le fret international poursuit son envol, mais cette fois-ci, sur les terres australes chères à son épouse. 


En 2004, le couple décide en effet de s’établir définitivement à Adélaïde. C’est dans cette capitale cosmopolite de l’Australie du Sud que Philippe va trouver l’équilibre parfait entre ses obligations professionnelles et ses engagements personnels en faveur de la communauté française. Philippe, toujours secondé par Susan, va successivement fonder, animer, présider ou codiriger les associations suivantes : la FACCI, French Benevolent Association of South Australia, qui se charge de fournir gratuitement un repas mensuel aux Français âgés de 60 et plus ; l’Alliance Française d’Adélaïde, mais aussi Adélaïde Accueil, dont Susan est Vice-présidente, qui soutient quotidiennement les expatriés français en les orientant dans les démarches administratives à accomplir tout en les rassurant sur le fait qu’ils peuvent également bénéficier du réseau dense de leurs compatriotes et apprendre de leurs expériences; enfin, en tant que membre organisateur du bureau de vote pour l’Australie Méridionale. 


Philippe est donc un homme passionné : par la politique d’une part, puisqu’il est officiellement un membre engagé de l’UDF et un fervent soutien du centre droit dans toutes les élections ballotantes; par la richesse culturelle et gastronomique de son pays natal d’autre part, ce qui l’a amené à créer avec son épouse, une société d’importation des champagnes Christian Patis ; enfin, par le sport : en pratiquant l’escrime, le cyclisme, le ski de vitesse, et les randonnées en haute montagne. 


Homme de valeur et de convictions, Philippe souhaite incarner une image de la France ouverte sur le monde et l’altérité, tout en sachant qu’il n’existe de partenariat solide et pérenne que lorsque deux entités sont engagées dans une politique mutuelle de partages, d’échanges et de compromis. Philippe souhaite que les citoyens Français établis à l’étranger se retrouvent dans cette union politique bilatérale en marche vers le progrès.

Philippe fun 2